Backstage video shooting pour MODO Bruxelles 2012 en collaboration avec Réda Faklani - Stylism / Letizia Owlowl & Charlette Louis - Models / Michael Mancuso - Makeup

links :
MODO Bruxelles 2012
Facebook Event

VISUALISM

Faklani Réda,

Le vainqueur de la cinquième édition de Customisez-moi, a quitté son Maroc natal après son bac, s’est installé en Belgique, a étudié la mode à Liège, à l’HELMO section modo, puis bossé chez Jean-Paul Lespagnard, où il a appris les (bonnes) bases du métier .

Pour sa première Exposition à Bruxelles,FAKLANI REDA nous présente en collaboration avec JEFTA HOEKENDIJK et THE JOY LAB, le Mariage de la mode ,des arts visuels et de la création textile.
Un collection capsule inspirée du travail HUMAN SCULTURE mis au point par JEFTA HOEKENDIJK et qui rejoint l'idée de capture du mouvement d'un corps, l’étude de la trace laissée par le passage d’un être vivant.

Le corps humain est un sujet en perpétuel changements. Entre contraintes du corps et envie de mouvements, le sujet habillé est utilisé comme un pinceau fonctionnant lui même comme médium pour générer des formes complexes et colorées
Les silouhettes en mouvement se démultiplient. Remplissant l’espace pictural entre les vides et les pleins, la sculpture humaine prend de plus en plus d’espace.
La répétition des différents membres qui s’entrecroisent et se chevauchent, permet de percevoir la trace des mouvements figés dans l'espace.
Etudiant en arts numériques, Jefta a développé un programe sous processing qui permet, à partir d'un flux video, de décomposer un mouvement sous forme d'un ensemble d'images et de les assembler en une seule.
Cela permet de visualiser la silhouette habillée en mouvement sous différents angles mais de le résumer en une seule image.Le rendu final se rapproche de la sculpture grâce à la démultiplication des mouvements effectués.

.

The joy Lab vient boucler cette collection en y intégrant l’accessoire , une série de pochettes et de bagues imitant la peau humaine, mise au point par ce laboratoire et brodée façon tatouage .

L'artiste s'est inspiré de ses origines, de son vécu et de l'iconographie des tatouages portés par les criminels russes du début du 20ème siècle , mariant ainsi l'univers feutré des"ouvrages de dames" et la brutalité du milieu carcéral .